Le jour où j’ai vraiment eu honte d’être soumis ! (2)

| |

Depuis maintenant plusieurs mois, Julie ma compagne de l’époque (je suis maintenant séparé…et disponible !) avait décidé de franchir le pas en faisant de moi son petit soumis soft tout en restant bien sur son mec ! Nous faisions, le plus souvent possible, de notre quotidien, un petit terrain de jeu quand l’envie ou l’occasion se présentait.

Ainsi, je faisais, de temps en temps, la cuisine en étant nu ou en dessous féminins devant elle, et surtout le plus souvent possible, les tâches ménagères, qui de besogne s’étaient transformées en plaisirs. Très souvent pour ne pas dire systématiquement, j’avais droit à ma séance de martinet avec ses mots habituels  » viens là, mets toi en position  » ce qui signifiait, à 4 pattes, les fesses bien cambrées…

Ensuite, j’avais le droit à une séance avec le fouet, en douceur! Cependant, comme ça durait assez longtemps à chaque fois, environ 30 minutes, j’avais les fesses bien rouges avec des traces des lanières du martinet marquées pour plusieurs jours. A chaque fois, j’avais une érection du tonnerre ! Ainsi, soit je me masturbais en même temps, soit c’est elle qui me masturbait, ou des fois nous finissions en faisant l’amour. Julie, très friande de sodomie, adorait que je m’occupe de son petit trou, et sans jamais rien dire c’était pour moi une sorte de vengeance par rapport aux coups de martinets que je venais de subir (et d’adorer !) Le fait de prendre ma compagne ainsi, en étant en bas porte jarretelle m’excitait encore plus, et elle aussi…je savais qu’elle aimait me voir dans cette tenue.

Nous avions un rituel, pas journalier, mais de temps en temps, le matin Julie me donnait des consignes du comment elle voulait me voir le soir quand elle rentrait du travail.

Préparatifs pour une soirée spéciale!

soumis

 

C’est ainsi, qu’un matin, avant de partir au travail, au moment du petit déjeuner, elle me dit qu’elle voulait me voir en tenue ce soir quand elle rentrerait.

Je lui demandais ce qu’elle voulait que je mette, quelle tenue lui ferait plaisir. Elle me répondit que la tenue était prête sur le lit, dans notre chambre et que je pourrais aller la voir une fois qu’elle serait partie.

Une fois partie au travail, j’allais donc voir, tout excité, la tenue qu’il y avait sur le lit.

Il y avait un tanga noir en dentelle, des bas opaques noirs, un porte jarretelle noir en dentelle, et un petit haut noir en dentelle manches courtes. Si la lingerie était à moi, le petit haut était à Julie. Rare étaient les fois où Julie m’autorisait à porter certaines de ses affaires. Cela pouvait arriver mais c’était plutôt elle qui le décidait dans le feu de l’action. Aussi, j’étais un peu surpris, mais puisque c’était son choix et son souhait. Il s’agissait, donc, d’un ordre auquel j’allais me plier avec grand plaisir. Après tout, sans le crier sur les toits, j’aimais bien faire et être sa salope !

La journée fût longue, tellement j’avais hâte de la retrouver. En effet, je savais que la soirée avec ma compagne allait être sympa et très coquine.

Ce que je ne savais pas, enfin si…depuis le coup de la boutique de lingerie, je savais que Julie pouvait être pleine de surprise, très surprenante, déroutante. Ainsi, elle avait l’art de me désarçonner au moment où je ne m’y attendais pas et encore une fois, j’allais tomber de haut, de très haut !

Fin de journée, retour de Julie!…

19h15 environ! Mon portable sonne, c’est Julie! Elle est en bas de l’immeuble, même si c’est son heure d’arrivée, je suis surpris car la voiture n’est pas garée à notre place de parking. Je pense donc qu’elle me prévient pour me dire qu’elle sera un peu en retard à cause de bouchons sur la route, ce qui arrive de temps en temps. Pas du tout !!! Ainsi, je décroche mon portable.

  • C’est moi! me dit elle.

 

  • Je suis en bas de l’immeuble, tu es en tenue ?

 

Un peu surpris, je dis tout simplement:

  • oui

 

  • Très bien, me dit elle.

 

  • tiens toi dans l’entrée petit soumis, j’arrive!

Inutile de dire que j’avais déjà une belle érection !

 

 

J’entends la porte de l’ascenseur qui s’ouvre et se referme, Julie arrive, les clés dans la porte…la porte s’ouvre.

Julie rentre, à peine ai je le temps d’ouvrir ma bouche pour lui demander comment s’est passé sa journée que…

 

Je n’ai jamais vécu ça ! je suis désarçonné, humilié, rouge de la pire des hontes !!! que faire ? que dire ?

Julie me dit :

  • je te présente Elodie!

 

…Qui, oh surprise! est accompagnée de sa meilleure amie!

Et oui…Julie n’est pas seule ! Elle est avec une de ses amies, Elodie, que je n’ai jamais vue, que je connais juste de visu comme ça par l’intermédiaire des réseaux sociaux, mais je la reconnais de suite !

Julie me dit:

  • C’est Elodie, tu l’as déjà vue sur les réseaux sociaux, c’est ma meilleure amie!

Moi comme un crétin ne sachant que faire, que dire…

  • Bonjour Elodie!

 

  • Bonjour Stéphane, ravie de faire ta connaissance!

 

Elle adresse, dans la foulée, à Julie un  » sympa  » ! avec un sourire sincère mais narquois…

Julie me montre la direction du salon:

  • allez, va nous servir l’apéro!

En faisant le service, je sais qu’elle me reluque les fesses, ma tenue…Un peu tremblant, je demande à Elodie ce qu’elle prend, puis je fais le service.

Julie me dit:

  • en attendant, va commencer à faire le repas! Elodie reste manger avec nous.

Je m’exécute, prépare la table dans le salon, à la fois tremblant et excité. Je les vois me mater. Julie lui raconte nos petits jeux, comment on a commencé. Elle lui dévoile un peu de notre quotidien.

Julie s’adresse à moi:

  • ça t’excite, hein mon coeur, en plus ça se voit!

Effectivement, j’ai une belle érection dans mon tanga et elles rigolent toutes les deux!

  • allez va faire le repas!

Je fais donc le repas, le service, dans cette tenue.

Après le repas, fessée avec le martinet pour le petit soumis!

Bien sur, avant qu’Elodie ne reparte, Julie s’amuse un peu. Ainsi, elle me demande, une fois le repas terminé, de venir devant elles deux, puis me donne l’ordre de me masturber devant elles. Julie me fait, à ma grande joie, me mettre à quatre pattes puis elle me fesse avec le martinet, pendant environ 15 à 20 minutes. Elodie n’en perd pas une miette, et Julie voyant que la présence d’Elodie m’excite grave, me lance un  » ça t’excite cochonne  » auquel je réponds un  » oui « 

  • Oui qui, petit soumis ?, me crie Julie ! ….

 

Julie demande à Elodie si elle désire me fouetter les fesses ? Elodie hésitante, un peu rouge de gène fait non de la tête, mais finalement, Julie lui donne, quasiment, le martinet dans les mains. Ainsi, presque machinalement, Elodie commence à me fouetter les fesses! Certes moins fort que Julie, mais c’est, la première fois qu’une autre femme que la mienne me fouette ! une petite quinzaine de coups de martinet…

La soirée prend fin, ainsi, environ à 22h15. Après un au revoir quasi normal, comme dans une soirée classique entre amis, Elodie rentre chez elle.

La porte fermée, Julie me demande d’une façon tellement classique:

  • Alors?

Je n’ai comme réponse qu’un  » grandiose, merci « 

Je lui demande quand même si Elodie savait ? si elle l’avait prévenue ? avec Julie on ne sait jamais…oui me dit elle ! tout de même.

Je suis tellement excité, que mon rôle de dominateur reprend le dessus. Ainsi, ensuite, je fais l’amour comme une bête à Julie, sur la tapis du salon. Elle aime me dominer mais elle ne crache pas sur le fait que lorsqu’une occasion se présente que j’assume mon côté mâle.

La soirée prend fin, nous allons nous coucher…mais quelle soirée !

Please follow and like us:
Previous

« Woofing » chez une femme dominatrice (4)

Maîtresse Clara, dominatrice parfaite !

Next

1 réflexion au sujet de « Le jour où j’ai vraiment eu honte d’être soumis ! (2) »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.