Soubrette mâle au service de jeunes femmes dominatrices (14)

| | ,

 

La démonstration exceptionnelle de lucidité quant à décrypter mes pensées intimes de Mademoiselle Camille avait fermé toutes les issues possibles pour sortir de ce piège dans lequel elle m’avait enfermé. Sous l’emprise de ma folle excitation attestée par un membre viril protubérant, j’étais acculé à la capitulation devant ces jeunes femmes dominatrices. Mon besoin croissant de soumission était devenu si impérieux qu’il était vain de se voiler la face. Il fallait que j’accepte de me laisser emporter vers ce que Mademoiselle Camille avait qualifié de « destin naturel », malgré les lourdes conséquences à la clé énumérées sans détour par mon ensorceleuse.

C’est une force irrésistible qui me fit prononcer les paroles fatidiques :

-Oui, Maîtresse Camille ( notez le retour spontané à l’appellation de « Maîtresse »), vous avez raison, vous m’avez percé à jour, articulais- je d’une voix un peu chevrotante, bouleversé par l’émotion qui malgré tout m’étreignait en ce moment déterminant de ma vie.

-Ce qui signifie? répliqua t- elle, froidement.

Elle ne pouvait se contenter de ce seul commentaire, elle ajouta :

-parle plus fort! articule bien en te présentant correctement sous la seule identité loisible à tes éducatrices.

jeunes femmes dominatrices

Capitulation totale de delphine, soumise au service de ces jeunes femmes dominatrices!

 

Je compris très bien qu’elle et ses amies attendaient une capitulation totale par une acceptation sans réserve des conditions énoncées.

-Je suis mademoiselle delphine, soumise au service de Mesdemoiselles Camille, Jessica, Nadia, Anais que je reconnais comme étant mes Maîtresses à qui je confie le soin de mener à bien mon éducation pour faire de moi une soubrette exemplaire à leur service.

J’avais cité Maîtresse Camille en premier, tant elle m’avait ébloui, considérant qu’elle avait agi de facto en leader, en palliant à la défaillance du reste du groupe. Je constatais que Maîtresse Jessica tout à la jouissance de la reconquête n’en prit pas ombrage. Bien au contraire, dans un élan spontané, elle alla chaudement embrasser celle qui avait redressé en leur faveur une situation compromise.

il ne m’échappa pas qu’elle avait pris soin d’enregistrer ma déclaration pour bien officialiser leur prise de possession de ma personne.

Alors, Maîtresse Camille, toute à  l’ivresse de sa victoire personnelle, ôta sa petite culotte inondée d’une mouille abondante et d’un ton redevenu très sec ordonna :

-delphine, à genoux, mains sur la tête, ouvre la bouche !

Appartenance totale aux jeunes femmes dominatrices…

 

Et elle me fourra sans ménagement son tissu dégoulinant dans l’ouverture, qu’elle referma illico avec le rouleau de scotch à sa portée. Elle siffla littéralement :

-A quatre pattes, cul bien haut, que tu serves de siège confortable à tes Maîtresses !

Ce, sur quoi Maîtresse Nadia et Maîtresse Anais ne se firent pas prier pour s’installer sans vergogne sur ce mobilier humain qui leur était offert. Cette dernière ne se priva pas de me tapoter sur les fesses pour accentuer l’effet de prise de possession. Sur sa lancée, forte de l’ascendant qu’elle avait pris sur les autres, Maîtresse Camille enchaîna :

-maintenant on va discuter des punitions justifiées par la rébellion, et faire la première ébauche d’un contrat que je tiens à qualifier non pas de soumission, mais d’appartenance.

La nuance n’était pas anodine, et ce simple mot me fit frémir. Je me demandais alors quelle serait la durée de validité, non négociable pour moi de ce contrat à laquelle il avait été fait allusion. J’étais forcément inquiet, et j’avais bien raison de l’être. En effet, si moi j’étais réduit provisoirement au silence, ces jeunes femmes dominatrices ne se privèrent pas d’échanger à voix haute leurs réflexions. Les premières prises de positions m’ont vite fait comprendre que la barre serait placée très haut!

 

…pour une durée totale de 5 ans!

 

Maîtresse Camille affirma, du fait de ma rébellion surprise, que mon éducation prendrait plus de temps que prévu. Ainsi, il convenait de prévoir un contrat de longue durée. De plus, puisque toute tentative d’évasion d’un détenu était par la suite sanctionnée par un alourdissement de la peine, l’application de ce principe à but dissuasif devait être de mise en ce qui me concerne et cet alourdissement substantiel.

Et comme dans un jury de procès classique, chaque juré inscrivit sur un bout de papier sa proposition rendant l’attente encore plus angoissante. Ensuite, Maîtresse Camille, intronisée présidente du moment, les collecta. En dévoilant le résultat du suffrage, elle exprima sa satisfaction par l’uniformité des avis traduisant à quel point leur groupe était soudé et le verdict tomba :

-delphine, tu es en de bonnes mains, nous avons émis un avis similaire, pas de dissension entre nous. Aussi, nous avons donc opté pour une durée incompressible de 3 ans. Bien entendu cela ne tient pas compte de la juste punition à t’infliger pour ton inconduite qu’il incombe à moi en tant que Présidente d’infliger. Aussi delphine, je t’annonce que tu vas nous appartenir pour une durée totale de 5 ans, mais qui pourra être toujours être prolongée tant que tu n’auras pas donnée entière satisfaction à tes Maîtresses.
Tu as bien réalisé que désormais ce verdict est immédiatement exécutoire et que les premières mesures vont prendre effet. En premier lieu, pour compléter ta déclaration orale, tu vas nous en faire une version écrite, puis la signer de ta main.

 

Déclaration de soumission, préambule au contrat d’appartenance!

 

Je fus donc libéré des fardeaux qui m’accablaient pour accomplir mon humiliante besogne. Ainsi, on me donna l’ordre de faire face à la table basse, tout en restant à genoux. Ensuite, sous sa dictée implacable, elle martelait chaque terme, je fus contraint d’écrire :

« De mon plein gré et sans aucune contrainte, je déclare être mademoiselle delphine, soumise au service de Mesdemoiselles Camille, Jessica, Nadia et Anais. Je les reconnais comme étant mes Maîtresses et je leur confie le soin de mener à bien mon éducation pour faire de moi une soubrette exemplaire à leur service. »

Enfin, j’apposai ma signature au bas du précieux document qui me livrait à ces jeunes filles avides de me corriger. Ensuite, Maîtresse Camille l’arracha promptement de mes mains puis elle le brandit, triomphalement, comme s’il s’agissait d’un trophée.

Détenant ce précieux graal, leur conférant des pouvoirs quasi illimités sur ma personne, à leur tour, elles y mirent leur griffe personnelle, sous la mention  » les Maîtresses Educatrices « .

 

Conciliabule pour décider de la punition de « delphine »

 

-Voila pour le premier acte : déclara Maîtresse Camille. Cela servira de préambule à l’élaboration du contrat de soumission proprement dit, qui stipulera toutes les dispositions nécessaires pour remplir notre tâche. En attendant, pour que Mademoiselle Estelle ait confiance d’emblée en le sérieux de ton désir de soumission, tu copieras cette déclaration 500 fois, de ta plus belle écriture à l’encre chinoise. Une fois fini, tu lui remettras ce travail en mains propres.
Je suggère maintenant que l’on décide de mesures immédiates, pour permettre à delphine de vivre une première expérience salutaire d’humiliation publique qui la préparera efficacement pour aborder son parcours initiatique plein de promesses.

Et cette perspective qui avait suscité auparavant ma révolte, eut comme seul effet de refaire prendre à mon pénis une taille démesurée, provoquant une hilarité collective toute sarcastique. Maîtresse Camille, vraiment en verve, s’habituant à sa position de leader et voulant peut-être même la conforter, plus persifleuse que jamais:

-les filles, j’ai une idée pour mettre en pratique cette entrée en matière !

Et moi, intérieurement, je ne pus m’empêcher de penser: » en route, et tâches de t’accrocher ! »

 

Chapitre précédent : Soubrette mâle au service de jeunes dominatrices (13)

Please follow and like us:
Previous

Homme soumis à « l’hypnotiseuse »(4)

Dominé par ma belle tante, femme dominatrice (1)

Next

4 réflexions au sujet de “Soubrette mâle au service de jeunes femmes dominatrices (14)”

  1. Vos dominations me laissent rêveur. En âge avancé j’ai toujours recherché la domination ans tabou ni limite, perverse. U don total de soi à la Maîtresse qui m’utiliserait pour se distraire, pour épater ses aies et humilier par dessus tout cette chose qui lui est offerte
    Humiliation sans tabou exhibition entre Amies supplice en tous genres. . Bref, la totale jusqu’à l’Extrême

    Répondre
  2. Enfin, j’attendai avec impatiente la suite de votre histoire.
    La reprise en mains de Delphine est magistrale.
    La suite à très vite
    Merci beaucoup

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.