« Woofing » chez une femme dominatrice (2)

| |

Nouvelles règles à respecter

Ma nouvelle Maitresse, cette superbe femme dominatrice, se leva du canapé.

  • Déshabille toi!

J’exécutai son ordre timidement. Je me retrouvais nu devant cette jolie femme dominatrice. J’avais honte d’être ainsi devant une inconnue. Cependant, j’étais, également, très excité. Ainsi, mon sexe se gonfla et doubla de volume. Je n’osais pas la regarder dans les yeux. En fait, j’avais imaginé un scénario comme celui-ci pendant très longtemps mais quand cela nous arrive, croyez moi, on est complètement perdu! Soudain, elle me donna un violent coup de pied dans mes testicules ! J’étais maintenant à terre et je me tordais de douleur devant cette Déesse.

  • A partir de maintenant, tu seras toujours à terre devant moi. Je t’interdis, formellement, d’être debout face à moi sauf ordre de ma part! Si tu ne respectes pas mes ordres, si tu défies mon autorité, il y aura des conséquences désastreuses pour toi ! Je ne te considère pas comme mon égal, si tu as accepté de me servir, ce n’est pas pour ton plaisir mais pour le mien! Je sais très bien que tu aimes être maltraité par une femme dominatrice, mais je ne suis pas la pour réaliser tes médiocres fantasmes!  Est-ce que tu a compris petite merde!?

 

  • Oui Maîtresse..

 

  • Très bien, reste droit sur tes genoux, tête baissée, mains dans le dos et tu m’attends ici!

 

Une longue attente

femme dominatrice

 

Elle partit dans la maison faire je ne sais quoi..  Au moins une bonne heure s’écoula. Je commençais à avoir mal au genoux. Heureusement pour moi, c’était de la moquette. Pourquoi me laissait elle ainsi? Elle voulait sans doute voir ma réaction, voir si j’allais bouger. C’était une première épreuve et surement pas la dernière… J’allais souffrir c’est sur!

J’espérais ne pas regretter ma décision de rester ici! Ainsi, j’étais, depuis deux heures, à genoux sans l’avoir aperçue une seule fois. Mes jambes me faisaient vraiment mal et je n’avais qu’une seule envie à ce moment-là, me lever et marcher pour faire circuler le sang qui stagnait dans mes jambes. Au bout de deux heures et demi, je l’entendis arriver enfin, elle s’approcha de moi avec quelque chose dans les mains que je n’arrivai pas à distinguer.

  • Pas trop mal aux jambes mon petit soumis?, dit-elle d’un ton narquois.

 

  • Si Maîtresse, j’ai très mal aux jambes!

 

  • Ah mince.. Mais tu dois te douter que j’en ai strictement rien à foutre? Tiens, je t’ai apporté un petit cadeau.

Elle me mit, autour du cou, un collier de chien et y accrocha une laisse.

  • A quatre pattes, petit chien, suis moi!

Je peinais vraiment à me mettre en « marche ».

Je la suivis dans une pièce de la maison, les volets étaient fermés. Ce n’était pas très grand et complètement vide. Il y avais uniquement une cage en plein milieu.

  • Tiens, entre chez toi aha!! Tes valises sont en haut dans la chambre que tu as vu tout à l’heure. Si tu as cru dormir en haut, tu es bien con! C’est chez toi ici maintenant, dans cette petite cage! Pour tes besoins, tu as un pot de chambre à l’intérieur de la cage que tu videras quand je t’en donnerais l’ordre! Allez entre dedans! On se voit demain ma petite merde! Passe une bonne nuit!

 

  • Merci Maîtresse.. Vous aussi..

 

Enfermé dans une cage pour dormir!

Ma Maîtresse m’enleva ma laisse et je rentrai dans mon nouveau chez moi.. Elle ferma la cage à clef et elle partit en ricanant.

J’en étais, réellement, réduit à ça? Dormir dans une cage, pisser et chier dans un pot? J’avais tellement honte de moi, comment pouvais-je tirer du plaisir avec une telle humiliation..? Je ne savais même pas quelle heure il était! J’étais excité, j’avais faim et soif. En fait, je ne savais même plus quoi ressentir. Je ne me sentais plus humain, là, seul dans le noir, enfermé comme un animal. Avec les 10heures de route que j’avais fait et les 2h30 à genoux, j’étais vraiment exténué. Ainsi, j’essayai de trouver une position confortable dans cette petite cage et je m’endormis très rapidement.

Le lendemain fut plus compliqué pour mon corps que pour mon esprit. En effet, dormir dans une cage n’est pas DU TOUT confortable, on peut bien sur se l’imaginer mais c’est encore moins excitant de le vivre! La nuit avait été longue, et j’avais, déjà, bien rempli mon pot de chambre d’urine. J’ignorais quelle heure il pouvait être. Cependant, ce que je savais c’est que j’avais vraiment, vraiment, faim! En effet, j’étais un gros mangeur et je n’avais pas mangé depuis au moins 20heure! Après une heure d’attente dans ma cage, je vis ma Maîtresse, ravissante femme dominatrice, arriver.

Je n’allais pas lui dire la vérité car je savais pertinemment qu’elle s’en fichait..

  • Oui Maîtresse!

Elle m’ouvrit la cage.

  • Allez, viens embrasser mes pieds pour me saluer!

Alors ça, je l’attendais depuis le début de notre rencontre!! Poser mes lèvres sur ses délicieux pieds ! Enfin!!

Je m’approchai alors comme un chien aux pieds de cette magnifique femme dominatrice et je lui embrassai avec passion ces deux bijoux!

  • Voila comment on salue une femme! Je veux que tous les matins, tu viennes m’embrasser les pieds pour me saluer!

 

  • Oui Maîtresse!

 

  • Allez viens on va prendre le petit déjeuner !

Première erreur!

Je la suivis à quatre pattes. J’avais hâte de manger! On arriva dans la cuisine et elle m’ordonna de lui préparer deux tartines de beurre et confiture, de lui servir un verre de jus d’orange et de lui apporter le tout au salon de jardin. Ce que je fis en cherchant où est-ce qu’elle rangeait les verres, couteaux, le pain, le beurre, la confiture et le jus d’orange.. J’étais, nouveau ici. Elle aurait pu me montrer pour gagner du temps. Apres avoir tout trouvé je lui apportai son petit déjeuner, comme demandé, dans le jardin. Il faisait très bon, c’était une très jolie journée.

  • Ah!! Tu en as mis du temps!! Allez, couche toi sous la table et sers moi de repose pieds! J’aime sentir le visage d’un petit chien sous mes pieds!

Je me couchai sous la table et elle posa ses deux jolis pieds sur mon visage. Ses pieds n’étaient pas très odorants, mais un peu sales! C’était super excitant, mais BORDEL!! J’avais FAIM!! C’était clairement de la torture! Ce fût à ce moment que je fis ma première erreur. Je ne sais pas pourquoi mais les mots étaient sortis tout seul de ma bouche. Elle n’attendait que ça, que je craque.. Avec ses pieds sur mon visage, je dis difficilement:

  • J’ai vraiment faim, s’il fou plait, j’ai faim! Nourrissez moi!

 

  • Alors là, petite merde, tu vas regretter de m’avoir parlé sans autorisation!!! De quel droit tu me demandes quoi que ce soit!!!?

 

A suivre…

Please follow and like us:
Previous

L’homme soumis et une dangereuse invitée!

Dressage d’Olivier en homme soumis!

Next

2 réflexions au sujet de “« Woofing » chez une femme dominatrice (2)”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.