Le plaisir des tétons avec une femme dominatrice (2)

| |

Joshua se dit que la séance de torture des tétons avait du prendre fin et que cette femme dominatrice allait passer à autre chose, voire même qu’ils allaient maintenant faire connaissance autour d’une boisson.

Toutefois, Joshua était trop naïf. Pour Rosina, la séance venait en fait juste de commencer !

Lorsque Rosina revint dans la pièce, elle déplia le canapé-lit du salon, où elle l’avait reçu, et dit à Joshua de s’allonger. Elle lui mit un bandeau sur ses yeux et attacha chacun de ses membres à l’un des coins du canapé-lit. Joshua ne voyait maintenant plus rien et ses mouvements étaient totalement entravés. Il sentait qu’il aurait pu se dégager s’il l’avait voulu mais ne l’aurait fait pour rien au monde tellement il appréciait d’être à la merci de cette femme dominatrice qu’il rencontrait pour la première fois et dont il sentait confusément qu’il allait devenir l’esclave.

Séance BDSM: Martinet puis cire chaude sur son corps!

 

femme dominatrice

 

Une fois que Rosina se fut assurée que Joshua ne voyait plus rien, elle fixa les pinces avec la chaîne, que Joshua avait apportées, à ses tétons. La douleur fut vive pour Joshua, mais il remercia vivement Rosina de prendre ainsi soin de lui. Rosina se saisit alors d’un martinet. Ceci, Joshua ne le vit pas, mais il sentit les premiers coups, d’abord sur ses cuisses, puis sur son pénis et enfin sur ses tétons, là où les pinces lui faisaient déjà mal. Rosina frappait doucement et Joshua sentait que ce n’était que le début de la séance.

Ensuite, Rosina s’arrêta. Elle fouilla dans le sac que Joshua avait apporté. Joshua entendit le craquement d’une allumette et comprit ce qu’il allait subir à présent. Rosina fit couler doucement de la cire sur son ventre, à basse température. Joshua eut un soulagement : cela restait supportable. Rosina dessina une jolie croix sur son ventre et écrivit « pute » en faisant couler la cire de bougie. Progressivement, Joshua sentit que Rosina diminuait progressivement la hauteur à laquelle elle faisait couler la cire de sorte que la température augmentait et rendait la séance plus douloureuse.

Comme Joshua semblait supporter assez bien son traitement, elle entreprit alors de faire couler de la cire à proximité des tétons de Joshua, déjà endoloris par les pinces. La douleur fut assez vive mais les effets de la cire son peu durables. Aussi, Rosina fut obligée d’abaisser de plus en plus la hauteur de la bougie et de la laisser plusieurs secondes au même endroit pour créer une douleur durable.

Traitement insuffisant pour cette femme dominatrice!

 

Au bout d’un moment, le traitement parut insuffisant pour cette femme dominatrice et elle alla alors allumer une bougie classique qu’elle prit dans le sac apporté par Joshua. Elle commença d’assez haut et sur le ventre de Joshua. La douleur était beaucoup plus vive qu’avec la bougie basse température adaptée au BDSM mais Joshua ne broncha pas. Il eut l’impression que Rosina complétait la croix qu’elle avait tracée avec d’autres symboles qu’il ne comprit pas. Progressivement, Rosina abaissa la hauteur de la bougie et se rapprocha des tétons tout endoloris par le traitement qu’ils venaient de subir.

Voyant que Joshua pouvait encore aller plus loin, elle fit alors goutter la bougie à quelques millimètres de l’endroit où étaient fixées les pinces. La douleur fut alors extrêmement vive ! Joshua se tordit en espérant que Rosina cesse, mais elle accompagna le mouvement de Joshua de sorte qu’il avait l’impression que plus il bougeait, plus ses tétons le faisaient souffrir.

Au bout d’un moment, Rosina s’arrêta. Elle prit alors une attache par laquelle elle fixa la bouche de Joshua avec la chaîne qui reliait les deux pinces de telle sorte que si Joshua voulait redresser la tête, il tirait lui-même sur la chaîne et se torturait lui-même.

Elle dit alors :

  • Maintenant, nous allons jouer à un jeu, tu vas deviner ce que j’ai écrit sur ton corps avec la bougie tout à l’heure. A chaque fois que tu te trompes, tu recevras trois gouttes de cire sur chaque téton. Pour t’aider, je vais te donner un indice, le mot que tu cherches, c’est ce que tu es !

Rosina, femme dominatrice, inflexible!

 

Alors, Joshua fit quelques tentatives mais il avait du mal car ses idées ne s’organisaient pas naturellement dans son esprit. Il dit:

  • esclave, je suis un esclave!

 

  • Il y a de l’idée, mais ce n’est pas ce que j’ai écrit, dit Rosina.

Alors, Joshua sentit que Rosina faisait tomber trois gouttes de cire sur ton téton droit, puis sur son téton gauche. Il se tordit de douleur mais plus il se tordait plus il se torturait lui-même. Il fit alors une deuxième tentative :

  • Je suis un soumis!

Mais il se heurta à la même réponse négative de la part de Rosina et à la même punition. Cette femme dominatrice était inflexible : les gouttes de cire brûlante tombaient sur les tétons de Joshua, à proximité des pinces et torturaient Joshua. Au bout d’une dizaine d’essais, la douleur était devenue insupportable et Joshua, en un éclair, réalisa que le mot écrit par sa Maîtresse devait être très court. Il fit alors :

  • je suis un porc !

 

  • Eh bien, tu en as mis du temps, dit Rosina. Cette fois, tu as droit à ta récompense.

Joignant le geste à la parole, elle retira l’attache de la bouche de Joshua et Joshua entendit qu’elle détachait une fermeture éclair. Alors, Rosina s’assit sur le visage de Joshua en prenant bien soin que son vagin coïncide avec la bouche de Joshua. Puis elle dit :

  • maintenant, lèche-moi ; et arrange-toi pour me donner du plaisir!

 

Après la douleur, la récompense!

 

Joshua ne se le fit pas dire deux fois. Il enfonça sa langue dans le vagin de Rosina.

  • Doucement fit-elle, mon clitoris y a droit aussi!

Alors Joshua lécha habilement Rosina et tenta de faire des mouvements circulaires en faisant varier le rythme et l’intensité comme il en avait eu parfois l’habitude dans des relations vanilles. Mais son effort visiblement ne satisfit pas Rosina.

  • Je n’éprouve pas assez de plaisir, dit-elle. Puisque tu ne comprends que les tortures, je vais faire couler de la cire sur tes tétons en fonction du plaisir que tu me donnes. Plus tu me fais jouir, moins la douleur sera forte, et plus tes mouvements m’ennuient, plus je ferai couler de cire sur tes tétons.

Joshua sentit alors une vive douleur!

  • ça, c’est parce que tu n’as pas réussi à me faire jouir jusqu’à présent !

Joshua tenta de se tortiller pour échapper à la douleur, mais il était à présent totalement bloqué. Rosina agrippait son cou avec ses cuisses de telle sorte qu’il ne pouvait plus du tout bouger sa tête, sa bouche étant totalement enfouie dans le vagin de Rosina. Alors, il se mit à faire des efforts pour lécher aussi sensuellement et vigoureusement Rosina qu’il le put. Ses efforts furent finalement couronnés de succès.

La cire se fit moins oppressante et Rosina poussa un cri. Alors, Joshua sentit un liquide chaud et odorant descendre dans sa bouche qu’il identifia comme de la cyprine. Rosina venait de jouir dans sa bouche pour la première fois.

  • Continue, cria-t-Elle!

Joshua comprit qu’il allait devoir faire jouir Rosina plusieurs fois jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus. Alors commença une longue séance de cunnilingus pour Joshua au cours de laquelle il avait l’impression de lutter avec le vagin de Rosina pour provoquer encore et toujours plus de jouissance. Parfois, s’il lui arrivait de relâcher un peu ses efforts, Rosina ne manquait pas de les lui rappeler par une vive douleur aux tétons.

Merci Maîtresse Rosina!

Enfin, après de longues minutes de jouissance fortes, Rosina descendit du visage de Joshua et s’exclama :

  • bon, pour cette fois, ça ira !

Joshua fut soulagé. La séance allait enfin toucher à sa fin ! Toutefois, il ne s’attendait pas à ce qui allait suivre. En effet, ses tétons s’étaient habitués aux pinces et à la douleur mais Rosina allait maintenant les retirer l’un après l’autre. Ce fut le moment de douleur le plus intense de toute la séance. Joshua se recroquevilla sur lui-même en s’exclamant, pour se donner le courage de supporter la douleur qu’il était en train de vivre:

  • merci Maîtresse Rosina!

Après avoir retiré les pinces, Rosina ne le libéra pas pour autant et se mit alors à lécher les pointes de ses tétons endoloris. Là encore, la douleur fut intense et ce qui aurait été une légère chatouille en temps normal devenait une torture difficilement supportable. Enfin, Rosina s’arrêta et retira le bandeau de ses yeux.

Joshua se mit à genoux devant Rosina et la remercia avec des larmes au fond des yeux de ce qu’elle venait de lui faire subir. Rosina s’exclama :

  • oui, c’est toujours lorsqu’un homme vient d’être torturé qu’il est le plus beau.

 

  • J’espère avoir d’autres occasions d’être aussi beau, répondit Joshua, avec un clignement d’yeux.

Rosina prit une photographie du torse de Joshua pour conserver un souvenir de son œuvre d’art, dit-elle. Ensuite, Joshua dut nettoyer les traces de la séance, la cire durcie sur le sol du salon de Rosina, sur l’alaise qui recouvrait le canapé-lit, il prit une douche pour faire disparaître les stigmates de la séance de tortures, et s’apprêta à vivre la suite d’un week-end merveilleux de domination, suivant ce que Rosina lui avait promis.

Please follow and like us:
Previous

Sissy Aline soumise à sa femme, Maîtresse ANNE-MARIE (3)

Être soumis ce n’est pas être un sous-homme

Next

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.